AXA Assurances SA: Solutions semi-autonomes: 20% de hausse des rentes en perspective


AXA Versicherungen

16.05.2019, Le résultat de l’exercice 2018 dans la prévoyance professionnelle a augmenté de 9% pour s’inscrire à 191 millions CHF Dans les affaires soumises à la quote-part minimum, 1,9 milliard CHF, soit 91% du chiffre d’affaires, a été utilisé en faveur des assurés sous la forme de prestations, de provisions et d’attributions au fonds d’excédents En 2018, la redistribution entre les assurés actifs et les bénéficiaires de rentes s’est montée à 456 millions CHF Le rendement du capital sur valeurs comptables a progressé dans la prévoyance professionnelle en raison des amortissements moins importants sur l’immobilier, pour s’inscrire à 2,4% net (2017: 2,1%)

Les prestations du 1er et du 2e piliers réunies doivent garantir un revenu sous forme de rentes à la retraite correspondant à environ 60% du dernier salaire et permettre ainsi aux bénéficiaires de maintenir leur niveau de vie habituel, conformément au mandat constitutionnel. Cependant, l’allongement de l’espérance de vie, la faiblesse persistante des taux d’intérêt et le contexte politique entravent de plus en plus la réalisation de cet objectif.

Si la contribution de l’AVS au futur revenu sous forme de rente est resté largement inchangée à ce jour, le rôle du 2e pilier s’amenuise progressivement sous l’effet de l’érosion de la rémunération des avoirs de vieillesse et du taux de conversion dans le régime surobligatoire. Suivant le modèle d’assurance, ces tendances ont des répercussions diverses sur les assurés.

Taux de conversion en baisse, rémunération des avoirs de vieillesse en tant que levier essentiel
«Les taux de conversion dans l’assurance complète vont continuer de chuter. Si nous étions restés dans l’assurance complète, nous aurions été forcés de poursuivre la baisse du taux de conversion dans le régime surobligatoire conformément à nos modèles», explique Thomas Gerber, responsable Prévoyance d’AXA Suisse. Avec la transformation effectuée au début de cette année en solutions de prévoyance semi-autonomes, nous avons créé les conditions pour stabiliser durablement le niveau ce taux et réduire la redistribution entre les assurés actifs et les bénéficiaires de rentes.»

La rémunération des avoirs de vieillesse est toutefois le facteur qui détermine le montant du capital vieillesse. Dans le modèle semi-autonome, ce «troisième cotisant» occupe, grâce à une diversification équilibrée des placements, une place nettement plus importante que dans l’assurance complète, laquelle est soumise à un carcan réglementaire étroit en matière de placements.

Les modèles de calcul le montrent: avec le temps, la différence est considérable entre un avoir de vieillesse rémunéré à environ 1%, comme c’est le cas actuellement dans l’assurance complète, et un avoir de vieillesse rémunéré à environ 2%.

Et Thomas Gerber de préciser: «La rémunération des avoirs de vieillesse est un levier essentiel. Dans les solutions semi-autonomes, les rentes de vieillesse du 2e pilier peuvent être, pour la majorité des assurés, jusqu’à 20% supérieures à celles possibles dans l’assurance complète, pour un revenu identique. Ce qui fait plusieurs centaines de francs par mois. Les solutions semi-autonomes sont donc nettement plus attrayantes, plus souples et plus équitables pour les assurés.»


Contact:
Service des médias
media@axa.ch
058 215 22 22

Plus d'informations et de liens:




Publiez vos propres nouvelles
Sur ce  lien, vous entrez les informations correspondantes.